Coût de l’architecte

COÛT DE L’ARCHITECTE / Calcul des honoraires

L’ordonnance du 1er décembre 1986 relative à la liberté des prix et de la concurrence a établi le principe de la libre concurrence. Les honoraires sont librement négociés entre le maître d’ouvrage et l’architecte. Par décisions du Conseil de la concurrence, les organisations professionnelles ne peuvent pas diffuser de barèmes d’honoraires. En revanche, rien n’interdit à l’architecte d’établir son propre barème d’honoraires.

Le contrat que vous allez signer avec l’architecte doit préciser son mode de rémunération, ainsi que le montant de ses honoraires. La rémunération de l’architecte dépend essentiellement de trois facteurs :

  • du coût des travaux,
  • de la complexité l’opération,
  • de l’étendue et de la difficulté de la mission que vous lui confiez.

Il est impossible de connaître le coût final de la construction tant que les entreprises consultées n’ont pas présenté leur devis. En conséquence, une clause du contrat d’architecte peut stipuler que si le coût de réalisation dépasse une marge dite «de tolérance » entre le montant estimé des travaux et le coût total réel, la rémunération de l’architecte initialement prévue est diminuée.

Les honoraires peuvent être calculés suivant trois modes principaux :

  • la rémunération au forfait : cette formule ne peut s’appliquer que lorsque la mission et le projet de construction sont parfaitement connus à l’avance ; le montant du forfait est alors défini avant que la mission ne débute. Lorsque la surface de construction est inférieure à 170 m2, la rémunération au forfait est habituellement utilisée.
  • la rémunération au pourcentage du coût des travaux : elle s’applique de préférence lorsque la mission est bien définie à l’avance, mais que le projet de construction ne l’est pas.
    C’est la solution la plus souvent retenue pour une mission complète.
  • la rémunération à la vacation horaire : elle s’applique à des missions courtes et bien définies, comme une consultation, une mission de conseil ou d’expertise.

Ces différents modes de rémunération peuvent également être combinés entre eux.

Vous rémunérez l’architecte, mais il vous fait faire des économies…

  • le recours à l’architecte assure au particulier une mise en concurrence des entreprises, ce qui est un facteur de baisse des coûts à prendre en considération. En outre, la comptabilité des travaux s’opère au fur et à mesure de l’avancement du chantier.
  • l’architecte doit veiller en permanence à ce que le calendrier de la construction soit respecté.
    Il vérifie que les matériaux utilisés et les techniques de mise en œuvre correspondent parfaitement à ce qui a été prévu dans les marchés d’entreprise.
  • un bâtiment construit par un professionnel qui engage sa responsabilité personnelle, vivra mieux et plus longtemps, réduisant ainsi les frais d’entretien.
  • les honoraires de l’architecte sont négociables par le client alors que, par exemple, la marge du constructeur de maisons individuelles n’est pas clairement identifiée.
  • l’architecte, professionnel du développement durable, vous proposera les solutions techniques les plus adaptées au bâtiment, au site et à vos usages, ainsi que les meilleures performances énergétiques. Vos factures s’en ressentiront.

 

COÛT DE L’ARCHITECTE / Tarifs

ANALYSE PLU / Forfait

Logement Individuel à partir de 300 €
Logements Collectifs à partir de 500 €
Bâtiments Industriels à partir de 900 €
Immeubles Bureaux à partir de 900 €
Bâtiments Spécialisés à partir de 1 500 €

Au delà sur devis

ANALYSE PLU ET FAISABILITE / Forfait

Logement Individuel à partir de 500 €
Logements Collectifs à partir de 1 000 €
Bâtiments Industriels à partir de 1 500 €
Immeubles Bureaux à partir de 2 000 €
Bâtiments Spécialisés à partir de 2 500 €

Au delà sur devis

MISSION DE BASE / Rémunération au pourcentage

La rémunération au pourcentage est négociable et dépend de la complexité du projet.
Il est calculé par rapport au montant final HT des travaux. Plus les travaux seront importants, plus le taux au pourcentage sera faible.
Le tableau suivant n’est qu’un exemple du mode de calcul au pourcentage :

Voir tableau en pièce jointe